vendredi, mars 31, 2006

 
Mais que fait le MRAP ?


En novembre dernier, le terme de "racaille" utilisé pour désigner ceux qui brûlent les poubelles, les voitures, et les jeunes filles, a provoqué un tollé, chacun feignant de se sentir concerné par le terme du fait de sa couleur, ou de son origine ethnique, alors que ce terme n'avait été employé par Nicolas Sarkozy que pour répondre à une dame qui l'avait déja elle même employé à 4 reprises afin de désigner les individus précédemment décris.

Cette "suspension volontaire de la raison" a conduit aux émeutes, à l'état d'urgence, au lynchage médiatique de Finky et au Contrat Première Embauche.

Aujourd'hui, ces mêmes "jeunes-en-difficultés-sociales-issus-des-banlieues-défavorisé-et-à-l'origine-ethnique-souvent-africaine", dont certains sont effectivement des racailles voire des raclures de fond de chiotte, sont appelés par les forces de progrès des "casseurs".

Cela ne choque absoluement personne.

Thuram n'apparait pas à la télévision pour nous dire "je ne suis pas un casseur!".

On a même été plus loin: l'UNEF, la CGT, et FO ont traité ces "jeunes-en-difficultés-sociales-issus-des-banlieues-défavorisé-et-à-l'origine-ethnique-africaine" de sous-hommes. En effet, dès les premiers "démontages" de magasins dans le quartier de la Sorbonne, ces syndicats nous ont informé que cela n'était pas l'oeuvre d'étudiants, ALORS QU'ON NE LEUR A JAMAIS DEMANDE LEUR CARTE D'ETUDIANT ! ! C'est donc uniquement "à leur tête" que l'UNEF, la CGT et FO ont déduit (ce qui n'engage qu'eux) que ces gens là étaient bien incapables de faire des études.

Je trouve cela profondément choquant. Le MRAP, pour une fois, ferme sa gueule. Alors que l'insulte raciste est sans précédent !

Encore une preuve que l'important n'est pas l'insulte, mais plutot "qui il est indispensable de faire taire".

Comments:
Bonne illustration du double-standard.

Bravo.

Au fait, vous avez pu recommencer à bosser?
 
Enregistrer un commentaire

<< Home

This page is powered by Blogger. Isn't yours?