dimanche, octobre 17, 2004

 

FSE... le retour !

C'est reparti pour un nouveau FSE... Encore un, on ne sait plus quand avait lieu le précédent. Les affiches sont claires: l'aspect "social" consiste cette fois-ci à lutter d'abord contre la guerre en Irak (et à regretter, j'imagine donc, le "régime social sadammite"....). Avec, entre deux concerts de rap (avec des groupes aux noms évocateurs, tels que "roddevillers", ou je ne sais trop quoi), il doit y avoir les fameux.... dé-bats !

Je n'ai jamais mis les pieds dans un FSE, je l'avoue! Encore moins dans un FSM ! Mais je me souviens d'un reportage croustillant sur un événèment similaire se passant près de Millau (vous voyez le genre d'évènement festif, estival et engagé!). Description du reportage:

Le fameux "débat" est un simple alibi...

Les fameux débats devaient avoir lieu sous un chapiteau prévu à cet effet. Un "mal-rasé-dent-noires-cheveux-longs-et-sales-très-maigre-auto-détruit-et-ami-des-pauvres" faisait faire la visite du propriétaire au journaliste.

Ambiance néo-woodstock, qualité musicale et baise en moins (quand on en est à 10 joins/jours, la libido en prend un coup! Et comme les citoyennes vigilentes dents-sales-cheveux-longs-mal-lavés-fute-à-150-euros-déchiré-jamais-maquillées sont en général issues de milieu bourgeois, il y a quand même toujours un réflèxe de pudibonderie "banlieue chic" face à l'acte sexuel avec un presque-inconnu, ce qui n'existait pas - parait-il mais je n'ai pas de certitudes non plus la dessus - à Woodstok).

Entre les "tentes" plantées un peu partout dans la nature, où des auto-détruits se réveillent, s'endorment, se "reposent", cuvent, ou "planent" (on ne sait plus trop), quelques "danseurs" sur un groupe de tamtam (pardon, il faut dire "Djembé" ou "concert de percus"), canettes 50cl à la main. D'autres vendent du thé à la menthe (boisson très alter et amitiées entre les terr... entre les peuples) à 2 euros le verre (véridique, ça coute quand même 0.2 euros (soit 2 dirhams) dans la médina de Rabat, marges incluses). Bref, la Zone! Heureusement que ma télé ne retransmet pas les odeurs.

On arrive au fameux"chapiteau des débats", où le "mal-rasé-dent-noires-cheveux-longs-et-sales-très-maigre-auto-détruit-et-ami-des-pauvres" explique au journaliste que des débats se tiennent sur les "solutions" alternatives au libéralisme, à Bush et tout le tintouin.... Rien que ça!

C'est que c'est vachement ambitieux un altermondialiste: il faut trouver, entre deux joins, deux cuites, et deux concerts, une solution globale nouvelle à l'ensemble des problèmes que l'humanité n'a que plus ou moins bien résolus selon les cas en 5000 ans... Tout un programme! allez, on se retrousse les manches (sales), faut sauver le monde!

En gros, face à une telle ambition, les moyens développés qui auraient 1% de chance de réussir dans le meilleur des cas (mais ne soyons pas pessimistes) devraient former, j'imagine, une sorte de superlaboratoire de recherche, qui regrouperait en même temps des chercheurs en macro-économie, micro-économie, monnaie, finance, sociologie, géopolitique, stratégie, défense, et j'en passe! tous ces haut-chercheurs de tous pays et de toutes écoles devraient présenter leurs travaux (en anglais, forcément, pour qu'on se comprenne), et pour la première fois (ce serait sans ironie, en effet, une première intéressante) échanger leurs idées à travers des disciplines jusque là cloisonnées.

Sauf que là, les fameux chercheurs qui auraient pour objectif de trouver les solutions que personne avant eux n'a trouvé, ce sont les fameux "zonards" précédemments décrits!

En plus, ils ne cherchent rien, le chapiteau présenté par le fameux "mal-rasé-dent-noires-cheveux-longs-et-sales-très-maigre-auto-détruit-et-ami-des-pauvres" est désespérément vide!

L'objectif est donc en fait très clair: il ne s'agit pas de sauver le monde... non! non! non! Il ne s'agit même pas de sauver des vies ça et là! Il s'agit de s'amuser et de zoner, de se laisser aller, parce que papa et maman qui ont fait 68 m'ont bien confirmé:

- qu'il "fallait bien que jeunesse se passe",
- qu'il est important d'avoir des idéaux, même si ceux-ci ne se réalisent pas,
- qu'il faut rester vigilent contre la bête immonde, et tous les moyens sont bons pour ça (même les concerts - shit - crade de 4 jours)
- que "deux doigts d'utopie" ne peuvent pas faire de mal
- que "rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion" (si papa est barbu et prof de philo)

Il s'agit ainsi de "montrer au monde" qu'un "mouvement de fond" est en train de naitre, des "empêcheurs de boursicotter en rond", etc...

N'empêche que face au superlaboratoire de recherche en sciences humaines que représente un FSE, un FSM, ou un FSF (franchouille), les think-tank néo-conservateurs n'ont pas encore beaucoup de soucis à se faire.

Là où on peut se faire du soucis, en revanche, c'est que l'alter-mondialisme reste une non-opinion, non-structurée, non-cohérente, et les alters le prouvent à chaque... hmmm... débat!

Or, paradoxalement, leur poids politique augmente. Des crevures comme Mamère l'ont compris. Même l'UMP essaye de récupérer cette non-opinion.

Mais pour quoi faire? C'est quoi une non-idée au pouvoir? L'anarchie?

C'est peut-être ça le but recherché.





dimanche, octobre 10, 2004

 

Un seul mot d'ordre: pas de quartier, et déchaînez les chiens de guerre !

J-22...

Les français se lâchent. Il faut "tout faire pour que Bush ne soit pas réélu"... et c'est parti pour le USA bashing et Israel bashing, feu à velonté!

Petit tour d'horizon.

Telerama (oui, je sais, c'est facile!)... Prenons rien qu'aujourd'hui (10 octobre) .... TV5, ce soir:

L'Amérique de Norman Mailer


Série documentaire française (3/3) de Jean-Pierre Catherine et Michael Seiler. Réalisation : Richard Copans et Stan Neumann (1999). Rediffusion.
Des Nus et les Morts au Chant du bourreau, des tragédies guerrières au couloir de la mort, Norman Mailer aura passé sa vie à disséquer l'Amérique. Trente-deux livres et toujours, en point de mire, les doutes et les errances de son pays, qu'il pointe gaillardement. Dans ce troisième volet, qui s'attarde sur les dernières années de sa carrière, au moment de la publication intégrale du Combat du siècle en français, on sent que l'homme est fatigué, déçu par des hommes d'Etat qui ne sont que de mauvais acteurs, à l'image d'un Reagan qu'il méprise copieusement.

[Qu'il nous dise qui il aime, ça ira plus vite!]
Il a encore des haines et des colères, comme le prouvent ses diatribes contre le plastique, le rap ou la télévision. Mais ce qui restera de ces trois heures [autrement dit: émission réservée aux bobos oisifs. Si vous vous levez demain lundi à 6h pour attraper le bus ou le métro, vous verrez pas la fin de chef d'oeuvre!] d'entretiens admirablement menés, entre moments intimes et instants historiques, c'est l'image de ce vieux lion baroudeur combattant sans cesse la bêtise et le politiquement correct. Ce juif de Brooklyn qui continue d'aimer la réussite, les jolies femmes et les boxeurs. Cet écrivain qui fit le pire et le meilleur, abordant tous les mythes pour les revisiter, et parvenant à nous faire croire que la fiction et la réalité ne sont qu'une seule et même chose lorsqu'elles passent toutes les deux par la moulinette de la création littéraire. Culotté, tout de même, ce Mailer !
Christine Ferniot


Bon, c'était pour se chauffer un peu. Pas si grave tout ça finalement. Montons un peu en gamme...

Tout d'abord, décryptage des dépèches AFP: Quand on vous dit "Bush et Kerry au coude à coude", c'est que Bush à moins de 5 point d'avance sur Kerry. Quand on vous dit "Kerry reprend la tête", c'est que UN sondage le donne gagnant d'un ou deux point sachant que la marge d'erreur est de 4 points.... Tout ça est assez amusant. Mais si vous êtes inquiêt de voir la cousin de Lalonde devenir le maitre du monde, vous vous tenez au courant et vous vous êtes déja aperçu de ce détail...

Mardi soir sur France5 (Commentaire Télérama bien sûr)


Histoire(s) - L'école pour tous


Documentaire de Bernard George (France, 2003). Dans la collection « Les grandes batailles de la République », de Jean-Noël Jeanneney et Olivier Duhamel. 55 mn. Inédit.
En 1882, Jules Ferry rend l'école gratuite, obligatoire (de 6 à 13 ans) et laïque. Trois principes si fondateurs de notre République qu'on en oublierait presque à quel point ces lois furent adoptées dans un climat houleux,
déchaînant bien entendu les foudres de l'Eglise, dépossédée des rênes de l'éducation, et des employeurs brusquement privés de la main-d'oeuvre des enfants. [c'est moi qui ai mis en gras. Notez : l'église est obscurantiste, et les patrons aussi... bref...] Ce nouveau volet de la collection de Jean-Noël Jeanneney et Olivier Duhamel nous plonge dans le contexte du XIXe siècle, rapporte les arguments des protagonistes de cette « grande bataille » en y juxtaposant les éclairages de personnalités parmi lesquelles Jack Lang, [c'est moi qui mets en gras, tellement c'est drôle] François Bayrou et Mgr Lustiger.
Mais l'intérêt majeur de ce document, c'est qu'il ne s'en tient pas à un éloge de l'école selon Jules Ferry. Débordant largement le cadre consensuel de la leçon d'histoire, il expose nombre de problématiques tout en déroulant le fil des réformes et des polémiques, jusqu'à la question du foulard islamique. Les témoignages - souvent consistants, judicieusement entrecoupés de respirations - se répondent ou se confrontent, et bousculeront sans doute bien des certitudes sur l'enseignement républicain. On trouvera là de quoi se mettre en condition pour plonger dans le débat national sur l'avenir de l'école.
[c'est pas le rôle de l'assemblée, le "débat national"?]
Marc Belpois

Allez, on continue: dès que le documentaire de france 5 est terminé, vous avez 5 mn pour zapper sur arte et voir le magnifique documentaire suivant:


Thema - Philippe R : prêtre et pédophile


A travers l'itinéraire d'un prêtre pédophile, les témoignages de ceux qui l'ont connu et le silence de sa hiérarchie, une enquête sur une question qui fait débat.De nombreux cas de pédophilie ont été portés sur la place publique. En quatre ans, huit prêtres ont été condamnés en Normandie. Les réalisateurs ont reconstitué l'itinéraire de l'un d'entre eux, un curé de campagne reconnu coupable d'agressions sexuelles sur mineurs de moins de quinze ans. Ils ont recueilli les témoignages de ceux qui l'ont connu ou côtoyé, son ancien directeur de séminaire, des experts psychiatriques, ses successeurs. Confrontés au silence de la hiérarchie du prêtre condamné, les réalisateurs se posent une question :
dans une institution dont la vocation première est de dire le bien et le mal, la pédophilie n'est-elle pas encore plus inacceptable ? Jusqu'à quel point l'Eglise est-elle prête à se remettre en cause pour combattre cette perversion qui gangrène ses rangs ? Et, au-delà, n'est-ce pas tout simplement sur le célibat imposé aux prêtres qu'il lui faudrait réfléchir ?

Les prêtres sont des pédophiles. Ce qui est mal. Comme ils sont prêtres, c'est encore plus mal. Plus mal que mal? Oui monsieur, puisqu'on vous le dit!

Et ça coninue! sur planète, toujours mardi prochain:

Main basse sur les meurtriers

Une histoire des avancées scientifiques au service de la police, avec ici la généralisation de la surveillance vidéo dans les villes anglaises et américaines.Les avancées scientifiques ont progressivement modernisé les méthodes d'investigation de la police. Ainsi, la surveillance vidéo est un projet initié par la police britannique, qui a été adopté par le FBI américain. En 1999, ce système a permis d'arrêter à Londres un terroriste néo-nazi auteur d'attentats dans les communautés noire et gay. Cependant, le 11 septembre a montré les limites de Big Brother.


Comme quoi, il y a une justice. Les amerloques ont beau avoir des méthodes fascistes, ils ont eu une juste punition (et ce n'est pas par le dieu des cathos, on vous a dit juste avant qu'il était pédophile!!!)

Et on repart... Une perle mardi à 15h sur France 5. D'ailleurs, ils ont aimé à Télérama, ils ont mis deux "T". Je mets en gras les passages les plus croustillants. Je ne fais plus de commentaires, c'est toujours dans la même veine.

Documents - Lettre aux morts


Documentaire français d'Eytan Kapon et André Iteanu (2001). Inédit.
L'ethnologue André Iteanu et le réalisateur Eytan Kapon nous emmènent dans un petit village de la Papouasie-Nouvelle-Guinée au passage de l'an 2000. Les Orokaiva de Jajau ont vu défiler beaucoup de Blancs, pasteurs, aventuriers, soldats... Aussi, ils arborent montres, shorts et lunettes, connaissent le calendrier occidental et les comptes en banque, ce qui ne les empêche pas de revêtir les costumes de fête en plumes et coquillages.
Mais, sous couvert de modernité, le monde occidental leur a apporté des réformes autrement plus dévastatrices : les religions anglicanes (depuis cinquante ans) et évangélistes (depuis dix ans) les ont détournés du culte traditionnel des ancêtres, tout en diffusant quantités de rumeurs d'apocalypse pour l'an 2000 et en leur suggérant de détruire la forêt nourricière au profit d'une exploitation de palmiers à huile.
[Je veux qu'on m'explique comment on peut "suggérer" de détruire la forêt nourricière.... et je veux aussi qu'on m'explique aussi en quoi ça a rapport avec la chrétienté. ]
L'intrusion du destin individuel propre à la chrétienté porte aussi atteinte à la vie communautaire traditionnelle, très festive. [ben la voila l'explication]. D'autant que le village est divisé entre les défenseurs de la coutume et ceux qui se laissent embrigader par les nouvelles religions. Une seule certitude les unit : à force de ne plus être honorés, les morts se sont enfuis. Bref, leurs dieux ne sont plus joignables. Toute leur civilisation pourrait bien ne pas s'en remettre. Un documentaire où l'on comprend qu'une certaine modernité, celle qui fait table rase des traditions, s'apparente à l'obscurantisme le plus ravageur. Une considération qui déborde de loin la Nouvelle-Guinée pour nous concerner tous. D'autant que les habitants de Jajau ne pratiquent pas le langage allusif et abordent quotidiennement, sans détour, le coeur du débat philosophique. Un film époustouflant, à l'intensité d'une tragédie grecque.
Catherine Firmin-Didot


Rousseau n'a pas été jusque là! les bons sauvages qui font de la philo 24/24, mais nous, les sales et véritables sauvages, on a tout foutu en l'air! Heuuu... pourquoi n'ont-ils vu rien venir, s'ils sont si sages?

Je vous passe bien sûr les innonbrables documentaires sur les "réseaux bush", dont on nous abreuve depuis 4 ans. Ce serait trop facile. Je finis par la fine fleur du journalisme: la rumeur ! Trouvé sur les infos Yahoo!

Bush aurait-il eu un "souffleur" invisible pendant son premier débat avec Kerry?

CHANHASSEN, Minnesota (AP) - La rumeur va bon train ces derniers jours sur Internet. Et l'équipe de campagne de George W. Bush a tenu à la démentir samedi: non, le président n'était pas équipé d'un petit "mouchard" lui permettant d'être conseillé en direct pendant son premier débat avec John Kerry.
"Ce n'est pas vrai. C'est ridicule", a déclaré le porte-parole de campagne de Bush, Scott Stanzel.
A l'origine de la rumeur, une photo du candidat républicain pendant le débat du 30 septembre en Floride: on semble y deviner un petit renflement en forme de boîte carrée entre les omoplates présidentielles...
Les responsables de campagne ont refusé de discuter la rumeur plus avant, ne voulant pas avoir l'air de prendre au sérieux ce qu'ils qualifient d' "accusation extravagante".
Les auteurs de "blogs", ces journaux d'opinions personnelles en ligne, et d'autres intervenants, ont commencé à se poser des questions sur plusieurs sites Internet au sujet de ce fameux petit renflement.
S'agirait-il d'un petit récepteur radio permettant aux conseillers du président de lui souffler les réponses pendant le débat? Un site, www.isbushwired.com, y est même entièrement consacré...
"Il y a beaucoup de gens qui ont passé bien trop de temps sur les sites conspirationnistes gauchistes", a ironisé Scott Stanzel. "Avez-vous entendu celle sur Elvis (Presley) qui devrait arbitrer le troisième débat?", a-t-il ajouté.


C'était le deuxième article le plus "envoyé" aujourd'hui.... Bush est trop con pour causer avec Kerry. Il aurait un souffleur. Peu importe si c'est faux ça entretient le mythe! Lamentable....


This page is powered by Blogger. Isn't yours?