mardi, août 24, 2004

 

Le poids des mots

Je vais peut être enfoncer des portes ouvertes... Mais le libéralisme ne gagnera jamais un poil de terrain en france tant qu'il ne s'attaquera pas à déconstruire ce qui a été construit depuis mai 68 par la gauche française: le langage.

On conviendra aisément que nombre de mots appartenant à la sphère libérale ont désormais dans notre beau pays une conotation négative, quand ce n'est pas carrément fascisant.

-Libéralisme signifie "exploitation, chômage, misère"
-Profit signifie "pot de vin, exploitation, délocalisation"
-Actionnaire ou Bourse signifie "spéculation, argent avec de l'argent, etc"

Ca, c'est aquis depuis des lustres!

A l'opposé, nombre de mots sont maintenant définitivement dans le camp du "bien":

-Solidarité
-Vigilance
-Social
-Citoyen (civique faisant un peu pétainiste, citoyen c'est mieux!)
-Public
-Assistance
-Aide
-Humanitaire
-Lutte

Et la droite essaye désespérément de prendre le train en marche, c'est pourquoi elle est ridicule et déçoit systématiquement. Le "ministre de la cohésion sociale" augmente les "minima sociaux" dans un objectif de "solidarité" entre Français "citoyens"... On se croirait aux heures Jospin.

Plus personne à droite n'ose vanter les bienfaits du libéralisme, n'ose critiquer le public, l'assistanat, sans se sentir obliger de noyer son discours derrière une façade sémantiquement gauchiste. Alors on ne comprend plus très bien où il veut en venir. Mais si par malheur un tribun politique osait attaquer de front, en tranchant clairement dans ce langage dévoyé, il serait alors irrémédiablement mis en marge de la scène politique...

Regardez le pauvre Madelin. Après avoir passé 6 mois à "Occident", mouvement identitaire en tant que civilisation occidentale, et bien que s'en étant excusé mille fois publiquement au nom d'une "erreur de jeunesse", il est irrémédiablement souillé du sang de l'infamie fasciste pour tous ceux qui n'ont jamais cherché à savoir ce qu'était "occident". Ce sont d'ailleurs les mêmes qui ont mis une demi-seconde à pardonner à Jospin d'être resté 12 ans (douze ans!!!) une taupe des trotskistes au PS...

Voila, le langage est passé par là... identitaire, civisation, occident, libéral: tout cela sent mauvais !
Trotskiste, social, idéologue, utopia: que de beaux symboles !

Les "artistes" subventionnés abondent évidemment dans le sens de ceux qui les subventionnent, ce qui rajoute une couche supplémentaire au phénomène.

Il nous faut un tribun libéral qui saura "déconstruire" les mots. Les idées de Madelin + le culot de Sarko + la culture d'un académicien.

Je vois pas, vraiment pas.



jeudi, août 05, 2004

 

Rencontre avec une ombre du passé

Dans un train bondé quitant Paris pour la Corrèze, je me retrouve pendant 4 heures devant une bonne femme, look MG Buffet, pas causante ni chiante au premier abord.

Je ne sais comment, le conversation débute. Sur le sujet des voyages je crois. Rapidement on parle de la Chine. Je connais bien la Chine, j'ai fais une thèse sur l'économie Chinoise. Elle aussi elle connait bien la Chine, vu qu'elle en a étudié la langue (déja, vu 1: son âge + 2: son penchant pour la langue chinoise, je me dis = danger!!).

Rapidement, elle me parle des droits de l'Hôômme qui sont "de plus en plus bâhâafouhéés en Chi-hi-neux".

Je lui réponds, d'un air naïf: "Ha??? parce qu'ils y ont déja été respectés?"

Elle ne peut s'empécher d'aborder la "grande époque", mais un rien honteuse, de manière indirecte. En Effet, elle me parle de sa visite à Pékin de 1980 (avant même Deng Xiao Ping!) qui avait été extraordinaire. Je me dis alors que j'avais bien fait de me méfier. Je laisse causer de peur de m'énerver. Elle continue sur la Chine moderne, où les conditions de travail "se détériorent".

Je lui réponds, d'un air naïf: "Ha??? parce qu'elles ont déja été meilleures?"

Là, le couplet final de cette complice de crimes contre l'humanité sur la modernisation trop rapide de l'économie chinoise et leur croissance économique folle...

Je lui fait remarquer que quand 80% d'une population est dans une misère noire, on ne peut regretter, sauf pour des raison de charme touristique, un enrichissement trop rapide de ladite population. Bref, l'enrichissement n'est jamais assez rapide quand on est dans la misère, me semble-t-il. En même temps, je n'ai jamais été dans la misère, certe, et peut être cela a-t-il un coté romantique pour un comuniste, mais elle non plus.

Réponse digne de libé ou télérama: "oui, mais là, c'est parce qu'ils imitent notre civilisation du gadget et en oublient les valeurs essentielles". Bref, je résume la position de la criminelle passagère de la SNCF:

- Avant, en Chine, on vivait plus libre, on respectait plus les droits de l'homme, l'enrichissement actuel est mauvais, parce qu'on ne peut plus voir le Shanghai typique avec ses tireurs de pousse pousse style "Tintin et le Lotus Bleu" et tous ces millions de chinois en col mao bleu...

- La Chine tombe encore plus bas puisque maintenant elle passe au capitalisme "sauvage". C'est d'ailleurs probablement pour ça que les atteintes aux droits de l'homme ne sont aujourd'hui plus accepatbles, alors qu'elles l'étaient autrefois puisqu'on était alors, selon les dires de la poufiasse, en "guerre idéologique".

C'est curieux comme quand on se bat pour des idées, si elles sont d'extrème gauche, on a soudain le droit de faire des millions de morts (Mao, Castro, l'ex-URSS, etc) alors que quand on se bat pour faire tomber un dictateur sanguinaire (Saddam), on est un gros facho (GWB).

Je lui touche deux mots, tout de même, des dizaines de millions de morts, du "grand bon en avant" et de la "révolution culturelle", avec ses guirlandes d'opposant au régimes empalés par centaines sous les ponts de Pékin... Guerre idéologique? hmmm?...

Elle me dit que ce ne sont que des "moments délirants" d'une grande aventure...

Je lui réponds que c'est cette idéologies 100 millions de fois criminelle qui est délirante de A à Z, et je passe rapidement sur le révisionnisme concernant les Laogaïs.

Sur ce, mon téléphone portable sonne. Ma sonnerie est l'hymne national US. Elle s'est tut jusqu'à l'arrivée.

 

top 5

Voici les évènements des 12 derniers mois les plus marquants, selon ma modeste personne.

2 catégories: le top 5 des évènements qui m'ont le plus réjouit, et le top 5 des évènements qui m'ont le plus énervé, attristé, désemparé...

On commence par les évènements mauvais, bouh, qui m'ont fait ch... grave:

1- La victoire d'alqaeda aux élections espagnoles le 14 mars.
2- L'augmentation de l'antiaméricanisme et anti-sionnisme, idées définitivement passées dans le camp de la bonne pensée.
3- La faiblesse confirmée de Raffarin face aux réformes, aux intermittents, etc.
4- La pronfonde nullité de J. Kerry, ce qui va assurer à Bush une victoire sans supens. Je suis content que Bush gagne, bien sûr, mais j'aurai aimé un adversaire autorisant un combat intéressant. Là, c'est vraiment trop facile !
5- L'existence de J. Bové et N. Mamère qui ne sont (hélas!) pas mort durant ces douze derniers mois. Mais je garde espoir.

Maintenant le top 5 de ce qui a été chouette:

1- L'arrestation de Saddam
2- L'assassinat du Cheik Yassine
3- Sarko à l'économie: le moins nul au poste le plus important, c'était le minimum à faire, mais ils auraient pu ne pas le faire, alors réjouissons nous!
4- La construction du mur en Israël
5- L'élection de Scwartzie en Californie.

Je propose de vous livrer sur ce blog un top 3 mensuel, puis un top 10 dans 12 mois...
Y'a une conversation avec une maoïste rencontrée dans un train qui vaut un post à elle toute seule. Je vous le prépare.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?