mercredi, avril 05, 2006

 
Coup d'état

Le gouvernement a entendu "l'inquiétude des jeunes". Il n'avait pas besoin que l'on bloque le pays pour cela. Il a répondu à cette inquiétude avec la loi sur l'égalité des chances.

C'est une réponse timide, mais qui va dans le bon sens, dans le sens du libéralisme, dans le sens qu'ont déja pris depuis longtemps tous les pays qui sont enfin sortis du chômage endémique. Il a pris cette initiative car il a eu un mandat du peuple pour cela. Un mandat électoral, en 2002. Il y a eu une élection présidentielle. Il y a eu ensuite une élection législative. Une majorité écrasante de députés UMP-UDF a été élue pour 5 ans, jusqu'au printemps 2007. C'est cette majorité qui a voté la loi sur légalité des chances. Face à l'obstruction administrative du PS et à ses 3000 amendements (!) déposés, le gouvernement a usé du constitutionnel 49-3. Certaine de son échec, la gauche n'a pas déposé de motion de censure.

Les élus du peuple ont donc très régulièrement voté une loi établissant de nouvelles relations dans le travail, et dans le respect de la constitution. Que l'opposition ne soit pas d'accord, c'est son rôle dans toute démocratie. J'irai même jusqu'à dire que c'est son devoir. Lorsque la gauche a voté les calamiteuses 35 heures, la droite a protesté au parlement, comme il se doit. Mais elle s'est arrété là. Lorsque Mitterrand a "soviétisé" la France en 1981, la droite s'est opposée par principe, mais étant minoritaire au parlement, elle s'est démocratiquement inclinée devant la majorité. Quand on a touché à l'évenir de ses enfants, le peuple de droite s'est mobilisé. Une seule fois. Une manifestation sans casseurs, sans blocages, sans voie ferré baricadée, sans autoroute coupée, sans insulte, sans accusation de fascisme. Le gouvernement d'alors avait jugé bon de retirer son projet de loi. En revanche, ses autres projets ont été appliqués, tous ses autres projets. Avec les conséquences catastrophiques que l'on sait.

On est aujourd'hui à un an d'élections majeures. Si le projet CPE est si peu populaire que cela, si les projets de la gauches sont tellement attendus par une écrasante majorité de français, il n'y a qu'à attendre quelque mois de plus que la gauche remporte une victoire historique et abroge définitivement le CPE et le CNE, crée des emplois subventionnés, re-nationalise EDF. Le gouvernement Villepin qui n'a pas cédé à la pression de la rue sera jugé à ce moment là. C'est la règle du fonctionnement démocratique. Le parlement agit et vote des lois, le manifestant éventuel exprime un désaccord qui n'a de valeur que "consultative", le gouvernement décide ou pas de suivre le manifestant. S'il se trompe, il est sanctionné aux élections suivante. S'il a eu raison, il est plebiscité. La gauche ne devrait pas se faire de soucis si ce qu'elle nous raconte est vrai. Chacun peut retourner travailler, même en CPE, et dans un an on repartira pour 5 ans de social et de "tous-ensembleuh-tous-ensembleuh-aga-aga !" et le CPE sera remplacé par les emplois EVA.

Mais la gauche sait très bien qu'elle ne gagnera pas par les urnes. Elle perdra en 2007 aussi lamentablement qu'elle a perdu en 2002. Alors elle veut imposer ses vues dans la violence, au mépris des élections passées mais aussi des élections à venir. C'est un déni de légitimité électorale. Francois Hollande annonce que le PS va déposer un projet de loi abrogeant le CPE. Ce projet n'aura pas la majorité. Mais les syndicats et la gauche ont déja annoncé que les blocages continueraient. Ils iront contre la volonté des représentants du peuple, même après avoir une ultime fois solicité ces représentants.

Pour obtenir gain de cause, ils étouffent le pays, dilapident les fonds publics en dégradations et en fonctionnaires payés à ne plus pouvoir travailler. Ils bloques les axes économiques. Ils font fuir les investisseurs, les touristes, les étudiants étrangers. Les syndicats font déja des listes de ceux qui soutiennent le gouvernement (On ne sait jamais, cela peut leur être utile, un jour).

Ceci a un nom. Ceci s'appelle un coup d'état.

vendredi, mars 31, 2006

 
Mais que fait le MRAP ?


En novembre dernier, le terme de "racaille" utilisé pour désigner ceux qui brûlent les poubelles, les voitures, et les jeunes filles, a provoqué un tollé, chacun feignant de se sentir concerné par le terme du fait de sa couleur, ou de son origine ethnique, alors que ce terme n'avait été employé par Nicolas Sarkozy que pour répondre à une dame qui l'avait déja elle même employé à 4 reprises afin de désigner les individus précédemment décris.

Cette "suspension volontaire de la raison" a conduit aux émeutes, à l'état d'urgence, au lynchage médiatique de Finky et au Contrat Première Embauche.

Aujourd'hui, ces mêmes "jeunes-en-difficultés-sociales-issus-des-banlieues-défavorisé-et-à-l'origine-ethnique-souvent-africaine", dont certains sont effectivement des racailles voire des raclures de fond de chiotte, sont appelés par les forces de progrès des "casseurs".

Cela ne choque absoluement personne.

Thuram n'apparait pas à la télévision pour nous dire "je ne suis pas un casseur!".

On a même été plus loin: l'UNEF, la CGT, et FO ont traité ces "jeunes-en-difficultés-sociales-issus-des-banlieues-défavorisé-et-à-l'origine-ethnique-africaine" de sous-hommes. En effet, dès les premiers "démontages" de magasins dans le quartier de la Sorbonne, ces syndicats nous ont informé que cela n'était pas l'oeuvre d'étudiants, ALORS QU'ON NE LEUR A JAMAIS DEMANDE LEUR CARTE D'ETUDIANT ! ! C'est donc uniquement "à leur tête" que l'UNEF, la CGT et FO ont déduit (ce qui n'engage qu'eux) que ces gens là étaient bien incapables de faire des études.

Je trouve cela profondément choquant. Le MRAP, pour une fois, ferme sa gueule. Alors que l'insulte raciste est sans précédent !

Encore une preuve que l'important n'est pas l'insulte, mais plutot "qui il est indispensable de faire taire".

samedi, mars 18, 2006

 
VILLEPIN NE DOIT PAS CEDER
---------
-
Il est indispensable que Villepin ne cède pas à cette nouvelle tentative de la gauche d'aller chercher dans la rue ce qui a été perdu dans les urnes en 2002, et sera reperdu en 2007.
Il est indispensable de montrer une fois pour toute aux doneurs de leçons en matière de démocratie que justement, la démocratie c'est l'assemblée des élus du peuple, et non des "tamtams" de la rue.
Il est capital pour l'avenir de ce pays de ne pas céder aux mêmes forces d'immobilisme qui font chaque année reculer un peu plus la France dans le concert des nations.
Il est primordial d'affirmer clairement que si débordement malheureux il devait y avoir, les syndicats et partis politiques de gauches qui ont poussé à l'affrontement et aux émeutes en seront les criminels responsables.
Le gouvernement n'est pas coupable d'appliquer le programme pour lequel il a été démocratiquement élu.

 

liberté !

Mardi 21 mars à 14h

Place de la Sorbonne à Paris

CONTRE MANIFESTATION POUR DIRE

STOP AU BLOCAGE DES UNIVERSITES !



L'école est l'affaire de tous : lycéens, étudiants, professeurs, parents d'élèves et contribuables. Nous réunirons donc toutes les personnes pénalisées par la situation actuelle pour dire :

• NON au blocage des facs ! Chaque étudiant doit pouvoir suivre ses cours normalement, et travailler pour ses examens et sa réussite professionnelle future.

• NON à la manipulation par les syndicats ! Les assemblées générales telles qu'elles se pratiquent sont de véritables fumisteries : à de rares exceptions près, seuls les étudiants favorables aux blocages sont autorisés à s'exprimer. Le vote à main levée ne permet pas une saine expression des volontés de chacun.

• OUI à la liberté de manifester, mais dans le respect de la liberté d'autrui ! Si l’on doit certes pouvoir manifester librement, on doit accepter que d’autres souhaitent étudier. De tels blocages sont la marque d' une profonde intolérance.

• OUI à une réforme de l'Education nationale ! Une éducation qui répond aux besoins et aux attentes de chacun est la meilleure garantie d'une insertion professionnelle réussie. Stop au collège unique ! Stop à la carte scolaire ! Autonomie, décentralisation, individualisation des parcours…voilà ce qu’il nous faut !


A l’appel à manifester « CONTRE les blocages et POUR les réformes », LIBERTE CHERIE a mobilisé 80.000 personnes dans la rue à Paris, en juin 2003. Elle a également mobilisé plus de 2000 personnes à Marseille en novembre 2005 pour demander la fin des grèves à la RTM.


Pour cette manifestation, LIBERTE CHERIE fédérera l’association SOS Education et les collectifs SOS Facs Bloquées, Halte au blocage et STOP aux blocages des universités.

lundi, février 06, 2006

 

Pourquoi les profs sont contre le CPE

L'actuelle fronde des enseignants anti-CPE, et anti Villepin n'est pas simplement une nouvelle tentative d'aller chercher dans la rue (et à la pêche) ce qui a été perdu dans les urnes en 2002.

Les enseignants, j'en suis convaincu, ont un intérêt à ce que le chômage reste à un niveau élevé en France. S'ils n'en n'ont pas forcément tous conscience, les syndicats enseignants l'on compris depuis bien longtemps, et manipulent dans ce sens leurs adhérents, toujours bien sûr au nom de la "solidarité" ou de la "pédagogie". Les différentes lois et réglements rendent le diplome de plus en plus indispensable pour accéder à l'emploi, non du point de vue des compétences qu'il permet d'acquérir, mais du point de vue purement légal. Sans tel ou tel diplome d'Etat, impossible d'exercer la plupart des professions. Or, avec 9 ou 10% de chômage, le fameux diplome devient la clef du "salut" du plus grand nombre. Les enseignants deviennent donc le passage obligé vers le monde du travail, "checkpoint" entre les chômeurs et ceux qui travaillent. Plus le chômage est important, plus le pouvoir de celui qui est justement au "checkpoint" grossit. Il peut donc imposer ses vues, ses critères salariaux, ses conditions de travail, son régime de retraite, son régime s'assurance maladie, etc. Ceux qui ont eu un boulot grace aux enseignants paieront. Sinon, on se débrouillera pour rendre indispensables de nouveaux diplomes.

Afin que ce chômage soit conséquent, la masse est mal éduquée. Non qu'elle ne sache rien, mais qu'elle n'ai surtout pas des valeurs entrepreunariales. Quelques formations d'élite subsistent car il faut bien "faire tourner la boutique". Mais il est essentiel de saper dès le plus jeune âge tout esprit d'entreprise. Il est essentiel de faire croire que l'Etat est beaucoup plus rassurant que la liberté, que le marché. Pour cela, les recrutements se font sur des critères de "capacité pédagogiques", autrement dit sur des critères - et c'est là l'intérêt - hautement subjectifs. Comprenez: on ne recrute qu'à gauche. Ainsi, il suffira d'agiter le chiffon (rouge) de l'égalité pour qu'en toute bonne foie et sans s'en apercevoir, les enseignants (de gauche, tous) se mettent à "débrayer" pour avoir "plus de moyen" et combattre l'éducation "réactionnaire". Et qui pourra se révolter, parmi tous ces enseignants, d'enseigner dès la maternelle les valeurs de paix, de partage, de solidarité, de vigileance, de compréhension de l'autre (même - et surtout - si l'autre est un cancre) de culpabilisation si mon papa a plus d'argent que le papa de Pierre? Ces "valeurs" sont les mêmes qui sont ensuite rabachées dans le secondaire en cours d'histoire, de géo, de langue vivante, de Français. A sa sortie du lycée, 75% rèvent de devenir fonctionnaire, on le sait. Mais le pire est qu'ils en sont FIERS ! Dire "je veux être fonctionnaire", c'est presque comme dire: "je veux faire de l'humanitaire", "je sacrifie la fortune à la communauté". Donc "Je suis solidaire", "je suis citoyen".

Même dans ma fac le phénomène se poursuit. Alors que je fais des efforts surhumains pour que mes cours d'éco restent le plus neutre possible politiquement parlant, des profs d'informatique ou de math réunnissent les étudiants pour leur expliquer "pourquoi il faut dire non au CPE". Des profs de math font des cours d'éco improvisés. Ils sont inculpabilisables car ils sont persuadés ne faire que propager des "valeurs" presques transcendantales, ces valeurs qu'ils assènent aux enfants depuis le plus jeune âge.

Pour la touche finale, il est également important qu'on ne puisse se rendre compte de la supercherie. Il est donc capital de diaboliser toute société qui réussirait par d'autres moyens, voire même qui réussirait mieux que nous en professant des valeurs bien différentes des notres. Il suffit là de profiter, d'abuser de l'asymétrie propre à toute activité d'enseignement -l'asymétrie entre celui qui sait et celui qui apprend- pour déformer, exagérer, et soyons clairs, pour MENTIR éhontément concernant ces sociétés dont cerains suppots vous prétendrons qu'elles réussissent mieux. Ce sont en effet de moins en moins des semi-vérités et de plus en plus de complets mensonges qui sont officiellement enseignés aux étudiants de collège et de lycée concernant (i) les USA et (ii) l'avant 1968.

dimanche, mars 13, 2005

 

Canard Laqué


En ce moment circule dans les boites mails cet immondice, trouvant son origine dans un autre immondice, le "canard" de septembre dernier.

A méditer,

En 2005 Nous allons devoir donner un euro non remboursé de notre poche, nous allons être très contrôlés lors de nos arrêts maladie, nous allons devoir consulter un généraliste avant d' aller voir un spécialiste... Toutes ces mesures pour "soi-disant" réduire le trou de la Sécu !!! hé bien lisez ce qui suit, et vous vous ferez votre opinion...

" La Sécu fait la bombe à Pékin " (Le Canard Enchaîné 22/09/04)" Quelques semaines à peine après l' adoption par le parlement du plan Douste-Blazy sur la Sécu, 180 dirigeants français des caisses de protection sociale ont séjourné, aux frais de la princesse, dans les plus luxueux hôtels de Pékin. Motif : participer à l'assemblée générale de l'association internationale de sécurité sociale qui se tenait du 12 au 18 septembre, dans cette fameuse patrie des droits de l' homme. Un millier de délégués représentaient 130 pays dont 30 Allemands, 25 Américains, et pas moins on l'a dit de 180 Français. À croire que la France est fière d' exhiber son trou de la Sécu devant le monde entier.!!!!!

Le premier jour (le 12) les travaux ont été ouverts à 16h30 pour se terminer par un cocktail à 18h. Les 13, 14, 15 et 16 septembre ont été réservés à des cogitations techniques de commissions techniques, ce qui a permis aux congressistes, peu intéressés par ces bavardages, de s' initier aux beautés de la cité interdite. De même n' était-il pas indispensable de consacrer son après-midi du 17 à suivre l' exposé sur la sécurité sociale chinoise. Enfin, les débats, qui devaient en principe se clore le 18 ont pris fin la veille... pour avoir quartier libre le 18. Coût du séjour des fonctionnaires de la sécurité sociale française 700000 euros "

Je suggère de faire suivre ce type d' informations à toutes vos connaissances et de leur donner le même conseil. Un petit copier/coller sur la totalité du message, y compris cette partie, c' est vite fait !Bien sûr, l' inconvénient c' est qu' on encombre la messagerie avec de tels messages. Mais finalement moins que les spams et les virus ?L' inconvénient c' est qu' une fois lancé ce message risque de circuler pendant longtemps sans contrôle. Mais pas autant que le trou de la Sécu. L' avantage, c' est qu' à force d' être diffusé, il finira bien par arriver sur la messagerie de responsables de la Sécu, ou de politiciens qui sont censés passer leur temps à gérer l' argent des contribuables, pas à le digérer....Alors l' un d' eux se sentira peut-être rougir. On peut rêver non !

Petite analyse de texte...

La "Canard" montre une fois de plus ses qualités en matière de "révisionnisme en direct". Petite leçon de choses:

A/ En introduction, quelques rappels hitoriques pour remettre les choses à leur place:

1) Voulez-vous connaitre les sommes que la mairie de parie fait passer aux associations "citoyennes" telles que "debouts, étudiants gays et lesbiennes", "assocication pour les gymnasiums et clubs de fitness gays et lesbiens", ou encore le lutte pour "l'égalité des droits et l'homoparentalité chez les glt (gays lesbiennes et transsexuels)" ????? Voulez vous savoir, en parallèle, combien de gens vivent dehors dans les rues de Paris?

2) Voulez vous savoir combien les relations avec la Chine nous rapportent chaque année (à la France, donc à toi, à moi, au gouvernement, et à la sécu), savoir combien de fois (700.000 euros) ça fait? à 10 ou 20 millions près ?

3) Voulez vous savoir combien de millions d'euros dépensaient Mitterrand et sa court "d'artistes engagés" lors de chaque déplacement diplomatiques? 2 boeing 747 affrétés spécialement chaque fois que le mitteux se déplaçait en Amérique du sud ou dans tous pays "de gauche" pour pouvoir emmener avec lui Hanin, Téssier, Jolivet, Arditti, etc etc etc.... Dans un luxe digne d'une super super première classe (fête à bord tout le voyage). Dans le même temps, on demandait bien entendu aux français de se serrer "solidairement la seinture".

B/ Premières conclusions provisoires:

- vu que les réformes de la sécu mentionnées plus haut devraient faire économiser quelques MILLIARDS d'euros, économies INDISPENSABLES si on veut que le système survive;

- vu que 700.000 euros, c'est "peanuts" pour une représentation diplomatique, que c'est ponctionné sur le budget diplomatie de la France, qui, s'il est parfois outrancier (dans les rapports avec les petits pays ou les petites dictatures par exemple: lors de la réception du président Mugabe (officiellement adorateur d'Hitler) ou lors des déplacements des ministres divers auprès de feu leur ami Saddam), n'a rien a voir avec le budget de la sécu. De plus, la campagne de com pour récupérer l'image désastreuse de ministres français logeant dans une "Formule Un" chinois de la Banlieu de Pékin aurait couté certainement beaucoup plus que 700.000 euros.

- vue que 700.000 euros pour 180 personnes pour une semaine, ça veut dire: 555 euro par jours et par personnes, soit.... le prix du billet d'avion (prix classe affaire négocié: 2000 euros) +269 euros/jours pour les taxis+hotel+ divers, ce qui rien que pour le fameux "hotel le plus luxueux de pékin", fait un hotel à moins de 200 euros par jours si on considère que nos ministres ne reçoivent aucune rémunération et aucun perdiem pour ce déplacement! Osons donc le dire: 180 personnes et haut dignitaires une semaine à Pékin pour une conférence internationale, le tout ayant un cout de 700.000 euros, et bien c'est vraiment PEU, et cet effort budgétaire, contrairement à ce qu'aurait voulu faire croire le Canard par une lecture trop rapide de ce qu'il appelle (ça le regarde) "article de presse", est à mettre au crédit d'un gouvernement qui EN EFFET, fait attention à ses dépenses, LUI.

Une rapide recherche sur internet nous montre que les "hotels les plus luxueux de Pékin" affichent des prix dépassant aisément les 1000 euros par jour, ce qui est très loins du budget de nos "dignitaires". (cherchez vous même sur google les plus "prestigieux hotels de Pékins")

Mais le "canard" à l'habitude de cette époque sombre ou le savoir n'était que le privilège de quelques uns qui décidaient qui étaient cultivés et qui ne l'étaient pas, et donc qui "pensaient mal" et avait de ce fait besoin d'une petite rééducation, si possible en camp, tels que les ex-amis khmers de la rédaction du Canard avaient su le faire. Aujourd'hui, on a google, et ça les emmerde au plus au point! alors il sont obligé de faire dans ce qu'ils croient être la finesse pour dispenser leurs mensonges. Mais on a aussi Excel pour refaire les calculs ! Na !

C/ Reprise dans le texte des inepties de ce torchon qui ne vaut même pas les cellules de peau morte que j'use sur mon clavier pour démontrer son extrème médiocrité.

Allez, on y va !

A méditer, [ça commence mal: le canard nous informe qu'il va taper dans la haute philosophie, il nous prévient que notre vie va changer après lecture de ce que nous appelerons par respect pour les forêts rasées pour fournir le papier à ce torchon, "L'article" ]

En 2005 Nous allons devoir donner un euro non remboursé de notre poche, nous allons être très contrôlés [ admirez comment une "chasse aux abus" -et des abus il y en a, dénoncés par tous ceux qui se lèvent tôt le matin pour aller bosser- devient, dans la sémantique du canard, un "très controle", avec des sous-entendus policier, bien sûr, voire dictatoriaux, faisant appel dans l'inconscient collectif à ce que l'on appelle pudiquement "les heures les plus sombres de notre histoire"! Il commence fort le Canard! Y aurait-il des journalistes au canard qui prennent des congés maladies les vendredis du moi de Mai??? ] lors de nos arrêts maladie, nous allons devoir consulter un généraliste avant d' aller voir un spécialiste... [ ce n'est ni systématique ni obligatoire, et pas si simple, mais on continue à présenter ça comme une obligation péremptoire de l'équipe raffarin-sarko et de leurs CRS qui vont vous suivre jusque dans les salles d'attente du Docteur de famille, faisant s'il le faut peur à vos pauv' enfants! ]

Toutes ces mesures pour "soi-disant" réduire le trou de la Sécu !!! [Toutes, ça ne fait que 2!!! et "soi-disant"... ben oui pauvre naze! on verra bien si ça marche! au moins il y en a qui essayent pauvre truffe! . Ils proposent quoi au Canard: Nationaliser Bouygues télécom et toutes les grandes entreprises dont "les profits valent mieux que nos vies" pour payer leurs arrêts de travail "autorisés sans justificatifs" consécutifs aux 37,5 degrès que mon thermomètre de bobo parisiens ayant fait la fête jusu'à 4h en semaine me montre, à mon grand désarroi, à mon lever à 10h du matin dans le quartier latin, 6000 euros le m² soit-dit en passant ? ] hé bien lisez ce qui suit, et vous vous ferez votre opinion... [ erreur de frappe: vu les manipulations et les mensonges qui suivent: vous vous ferez LEUR opinion ]

" La Sécu fait la bombe à Pékin " (Le Canard Enchaîné 22/09/04)"

Quelques semaines à peine après l' adoption par le parlement du plan Douste-Blazy sur la Sécu, 180 dirigeants français des caisses de protection sociale ont séjourné, aux frais de la princesse [budget diplomatique, dont nous avons déja parlé plus haut. Mais "frais de la princesse" est plus flou, plus démago, souvent employé par Poujade puis par le LEPEN des premières heures, en effet, et plus dans le ton des relans populistes de ce torchon, qui se montre grand défenseur des équilibres budgétaires quand certaines dépenses ponctuelles sont pronées par ceux qui ne sont pas ses copains] , dans les plus luxueux hôtels de Pékin [Douste Blazy dans les vieux dortoirs des amis du socialismes, des années 70, c'aurait été tellement plus drôle, c'est sûr... mais le caractère "luxueux" et surtout "les plus luxueux" des fameux hotels a été largement mis en lumière dans mon point (B).]

Motif : participer à l'assemblée générale de l'association internationale de sécurité sociale qui se tenait du 12 au 18 septembre, dans cette fameuse patrie des droits de l' homme. [un colloque international comme il y en a beaucoup ! Mais tout à coup le Canard se souvient que les droits de l'homme, c'est un fait, n'y son guère respectés.

L'argument est facile mais quand mon me tend une perche si belle je ne resiste pas: c'est bien le Canard dont les éditorialistes et journalistes étaient majortairement Maoistes à l'époque de Mao, quand les "droits de l'homme" étaient scrupuleusement respectés à coup de dizaines de millions de morts (j'ai bien écrit DIZAINES DE MILLIONS DE MORTS) dans divers laogaïs ou dans les guirlandes "d'opposants" (autrement dit, "libéraux" un opposant à un régime socialiste est un "libéral", hé oui!) empallées les uns derrières les autres, formant ainsi de jolies guirlandes sous les ponts de Pékin lors du "grand bon en avant"..... Ah, mais c'est vrai, dans le quartier de l'Odéon, "on ne savait pas!".

Aujourd'hui, ces exactions de sont plus d'actualité, et il n'y a guère que quelques maoistes endurcis (ce dont je n'accuse pas les rédacteurs du Canard, soyons honnètes, NOUS!) pour les regretter. Toutefois, les anciens maoistes, si aveugles quand les morts se comptaient par millions sous un régime socialiste, retrouvent très curieusement un regard beaucoup plus affuté quand ces morts se comptent par milliers (ce qui est encore quelques milliers de trop, mais un progrès indéniable) et organisés par un système s'OUVRANT CHAQUE JOURS DAVANTAGE A L'ECONOMIE DE MARCHE.... C'est surtout ça qui est insuportable pour nos vigilant journaleux, non?

Je ne me souvient pas que le Canard se soit beaucoup montré grand défenseur des droits de l'homme dans son soutien inconditionnel du régime Saddammite face à l'intervention de l'ultra-libéralo-pétrolo-finanço-machin-choses (baaaah! caca !) de ces salopards de gros américains débiles et non cultivés (tiens, des petits camps khmers par la bas..... ). Pourtant, demandez à un chrétien irakien, à un kurde irakien, ou à n'importe quel oposant à saddam irakien (soit 90% des irakiens) ce qu'ils pensent des droits de l'homme en Irak jusqu'en Mars 2003... C'est édifiant! Mais le Canard à la vigilance sélective. Ca dépend des cas, ça dépend des pays dans lesquels se déplacent les ministres de DROUATE. ]

Un millier de délégués représentaient 130 pays dont 30 Allemands, 25 Américains, et pas moins on l'adit de 180 Français. À croire que la France est fière d' exhiber son trou de la Sécu devant le monde entier.!!!!! [c'est à mon avis le seul intérêt (et le mot est grand, puisqu'il enfonce une porte ouverte) de cet article: le mammouth français n'est pas que dans l'éducation nationale, il est aussi dans la sécu et l'ensemble des ses administrations, et ça ne date pas d'hier. On ne compte plus les experts fonctionnaires ou semi-fonctionnaires payés un fric fou à ne rien faire, indéboulonnables, mis en place en général par leurs pairs, sans obligation de résultats. Pour m'y être frotté un paquet de fois, ces gens là ne sont pas de grand soutiens de la DROUATE, puisqu'ils ne mordent pas les mains qui les ont nourris (et placé là) : les syndicats, et principalements les successifs gouvernement de gauches. Beaucoup de syndicalistes CGT / FO / CFDT finissent leur carrière discrètement sur de tel postes, se préparant ainsi une confortable retraite ]

Le premier jour (le 12) les travaux ont été ouverts à 16h30 pour se terminer par un cocktail à 18h.Les 13, 14, 15 et 16 septembre ont été réservés à des cogitations techniques de commissions techniques [ autrement dit ils ont bossé EN REFLECHISSANT !!! le Canard appelle ça "cogitations techniques "! MDR ! Les journaleux du Canard ne vont quand même pas reprocher aux participants d'un séminaire de travailler en tant que spécialistes, autrement dit dans un langage qu''un branleur de journaleux bobo prétentieux ne comprendra jamais! Si ce dernier avait au moins la modestie de reconnaitre la limite de son intellect face à ce qu'il faut appeler un "discours de spécialiste"... mais non. Il ne s'agit là que de "cogitations techniques"... comprenez "branlette intellectuelle".... ha... les camps khmers.... au moins c'était simple ! ]

...a permis aux congressistes, peu intéressés par ces bavardages, de s'initier aux beautés de la cité interdite. [je fatigue devant tant de médiocrité, mais si le journaleux vigilant avait dépassé BAC+3, il saurait que dans n'importe quel congrès scientifique, 50% de l'intérêt dudit congrès réside dans les relations qui peuvent se forger à cette occasion entre chercheurs et/ou décideurs qui ne se seraient jamais rencontrés sans ça. C'est pour ça que ces congrès se déroulent en général à Pékin, à Iguazu, à Santiago, et rarement à la Courneuve. ]

De même n' était-il pas indispensable de consacrer son après-midi du 17 à suivre l' exposé sur la sécurité sociale chinoise. [ le ton est ironique et est suposé appeler au sourire: "les chinois" ! "un système de sécu "! mais vous n'y pensez pas ma brave dame! Ces gens là sont tout juste bons à nous empester avec leurs restaux qui pullulent dans tout Paris, où on y mange du lévrier servi dans des sauces douteuses, chacun sait ça!" Racisme habituel du bobo, qui va tolérer les islamo-fascistes au nom du relativisme culturel, mais qui ne supporte plus les chinois depuis que ces derniers ont quitté leurs rizières pour se mettre à l'économie de marché.

Dans le cas qui nous intéresse, ayant fait ma thèse sur les sytème de retraite en Chine, je prétend avoir plus d'information que ce nabot qui se prend pour un journaliste, et je peux dire que les chinois savent faire autre chose que du canard laqué: ils savent gérer des problèmes- entre autres- de réformes de système de retraites, infiniment plus importants et préoccupants que les notres, au prix de mise en place systèmes à la fois courageux et ingénieux, et qu'il serait bon à nous, français, d'observer ne serait-ce qu'une après midi "aux frais de la princesse"... Donc, l'ironie doit faire place à la modestie, et OUI, il ETAIT en effet INDISPENSABLE, et c'était bien un MINIMUM d'assister à cette après midi sur les sytème de sécu chinois. Vous ne verrez plus jamais le 13eme arrondissement comme avant ! ]

Enfin, les débats, qui devaient en principe se clore le 18 ont pris fin la veille... pour avoir quartier libre le 18. [duplicata de la plaquette svp... désolé mais vu ce qui précède, je ne fais plus confiance en l'intégrité journalistique" du scribouillard !]

Coût du séjour des fonctionnaires de la sécurité sociale française 700000 euros [ce qui est exceptionnellement bas comme on l'a vu plus haut]

"Je suggère de faire suivre ce type d' informations à toutes vos connaissances et de leur donner le même conseil. Un petit copier/coller surla totalité du message, y compris cette partie, c' est vite fait !Bien sûr, l' inconvénient c' est qu' on encombre la messagerie avec de tels messages. Mais finalement moins que les spams et les virus ?L' inconvénient c' est qu' une fois lancé ce message risque de circuler pendant longtemps sans contrôle.Mais pas autant que le trou de la Sécu. L' avantage, c' est qu' à force d' être diffusé, il finira bien par arriver sur la messagerie de responsables de la Sécu, ou de politiciens qui sont censés passer leur temps à gérer l' argent des contribuables, pas à le digérer....Alors l' un d' eux se sentira peut-être rougir.

On peut rêver non !

[je suggère, dans la forêt de messages aussi désinformatoires et orientés que celui que nous venont de "détruire", que vous postiez à ceux qui vous l'on envoyé cette réponse, faisant ainsi preuve, outre d'une cyber-vigilance très bon marché, d'un tout petit peu de présence de couilles, puisque ce n'est jamais facile de lutter contre les démagogues, surtout lorsque ces derniers ne sont pas officiellement dénoncés comme tels ! Attention: vous risquez de perdre des amis, de vous faire traiter de réactionnaires à la solde du medef (ça n'a rien a voir mais c'est en général ce qui arrive quand on critique le Canard)... mais au moins vous vous serez acheté un courage de citoyen vigilant qui ne sera pas en solde, 3eme démarque ! ]

Cordialement,
[cordialement envers vous, avec l'expression de mon infini mépris pour le scribouillard du Canard]

.

samedi, mars 12, 2005

 

De l'éducation des masses

La notion d’éducation sent de plus en plus mauvais dans notre pays. L’école publique obligatoire de Ferry aura peut-être été une grande avancée, une clé de la compréhension du développement de notre pays, même si d’autre pays ont réussi par d’autres moyens.

Mais l’éducation est aujourd’hui devenue l’otage de la bonne pensée, et donc (je dis bien DONC, faisant par là une relation de cause à effet) des velléités totalitaires et liberticides, parfois inconscientes, qui rongent les pays de ce rivage de l’Atlantique.

Prenons pour commencer l’exemple d’un livre dégoulinant de bonne pensée pure, inattaquable, lisse comme un miroir : Tahar Ben Jelloun, "Le racisme expliqué à ma fille".

Auteur d’origine Marocaine, très « concerné » par le racisme, magnant la plume avec une certaine virtuosité et diplômé de philosophie, donc incontestablement une autorité morale en matière de géopolitique, géostratégie, et pourquoi pas économie politique, il ramassera une petite fortune (tant mieux pour lui, là n’est pas la critique) avec 60 pages et 1 idée simple : "Le racisme expliqué à ma fille".

La sélection des passages suivant n’est pas de mon fait, mais de l’auteur du site


http://www.racismeantiblanc.bizland.com/

Je reprends son travail de sélection, mais dans un autre usage.

Les journalistes :

- L'autre jour, à la télévision, quand il y a eu des attentats, un journaliste a accusé l'Islam. C'était un journaliste raciste, d'après toi ?
- Non il n'est pas raciste, il est ignorant et incompétent.

Céline, la petite française, et ses parents :

- Moi, je ne veux pas vivre avec Céline, qui est méchante, voleuse et menteuse…
- Tu exagères, c'est trop pour une seule gamine de ton âge !
- Elle a été méchante avec Abdou. Elle ne veut pas s'asseoir à coté de lui en classe, et elle dit des choses désagréables sur les Noirs.
- Les parents de Céline ont oublié de lui faire son éducation, peut être parce qu'eux même ne sont pas bien éduqués.

L'institutrice :

- L'institutrice nous a encore dit l'autre jour qu'Abdou, qui vient du Mali, était de race noire.
- Si ton institutrice a vraiment dit cela, elle se trompe. Je suis désolé de te dire ça, je sais que tu l'aimes bien, mais elle commet une erreur et je crois qu'elle ne le sait pas elle-même.
Avant d’aborder à proprement parler la « prise en otage » de l’éducation, notez comment l’auteur, qui intitule lui-même sont livre « Le racisme expliqué à ma fille » n’admet pas l’utilisation du terme « race » dans la bouche des autres (des gens « racistes, justement,…. On a du mal à comprendre tellement le terrain est glissant)

Dans les trois cas, l’explication première du délit (oui, puisqu’il s’agit désormais d’un délit), est, vous l’aurez compris : le-man-que-d’é-du-ca-tion ! Ceci se traduit par de l’ignorance, de l’incompétence, des parents mal éduqués qui éduquent mal leur fille, etc.

Ceci présente une foule d’avantage :

1- On notera l’immense mansuétude de la victime : Tahar n’en veut aucunement à la personne raciste. Il est magnanime. Lui, l’immigré ayant réussi dans l’adversité, pardonne au petit bourgeois ayant bénéficié de l’école gratuite depuis 4 générations de ne pas être aussi éduqué que lui. Peut-on imaginer d’avantage de tolérance, de pardon, de magnanimité ?

2- La solution au problème est pourtant simple et consensuelle : par l’éducation, le savoir (ce qui présuppose l’existence d’une Vérité Unique, l’absence de relativisme, concept propre à la religion musulmane) conduit « logiquement » à une et une seule conclusion possible et acceptable : la tolérance, l’égalité des hommes, des cultures, des religions (notez : on n’est pas de « race noire », mais le dire est « raciste », critiquer l’Islam est « raciste »), bref : ne pas adhérer totalement au relativisme culturel, c’est ça qui fondamentalement est du racisme (concept qui en revanche, n’appartient aucunement à la religion musulmane, pourtant peu taxée de « racisme » par l’auteur). Message pervers : se servir de l’absolutisme pour imposer le relativisme !

3- Qui dispense l’éducation, qui a le rôle fondamental de dispenser la Vérité ? Certainement pas les parents, trop souvent mal éduqué… L’institutrice ? Oui, mais elle peut encore faire des erreurs. Les « intellectuels » ? On approche de la solution. Tous ne sont pas fréquentables ! N’oubliez pas le « rappel à l’ordre » !

.

Exit les intellos comme Houellebecq, Dantec, Glucksmann (tien, un juif !) ou Finkielkraut (tiens, encore un juif !) , et je ne parle pas des Millière ou des Salin….

Non, un bon intellectuel arabe, musulman, lui il a la vérité. La Vérité sur le relativisme absolu. C’est cela que l’on doit enseigner dans les écoles. Et les fonctionnaires s’exécutent. Docilement. Quand les étudiants arrivent e, première année de fac, ils sont parfaitement formatés.

« Les arabes sont nos amis », ils ont compris le message. Un peu trop parfois.

On a oublié au passage d’autres victimes qui n’ont pas eu la chance d’avoir leurs auteurs francophones, comme les chinois par exemple. Ces derniers, en nombre croissant dans nos universités pour raisons de coopération et donc des raisons budgétaires, n’ont jamais été peints en tant que « victimes ». Donc l’étudiant formaté peut se lâcher sur eux. Et de critiquer leur « odeur », leurs valeurs, leur niveau scolaire, leur « dentition », etc., sans aucune forme de mauvaise conscience.

Je ne parle même pas des américains (il n’y en a pas, heureusement pour eux, dans l’université où je travaille), et des propos que nos étudiants « formatés » s’autorisent sur eux sans imaginer une seconde qu’il puisse s’agir de « racisme ». C’est simple, une collègue professeur d’anglais m’a confié qu’elle a été obligée de ne plus du tout parler des Etats-Unis dans ses cours afin de ne plus déchaîner les passions et les propos haineux.

Mais peu importe, 90% de l’objectif est atteint : à 18 ans, on aime les noirs et les arabes, quitte à caricaturer l’américain en gros obèse intégriste baptiste ne sachant pas placer la France sur une mappemonde. Cet américain là, caricaturé à souhait, est bien entendu supposé être…profondément raciste. L’accusation elle, préjugé très général, ne l’est pas bien sûr !

Ceux qui poursuivront des études universitaires rencontreront peut-être, pour la première fois de leur vie, des enseignants de droite, voire même, s’ils ont de la chance, des enseignants libéraux n’obéissant pas aux diktats du relativisme généralisé, mais leurs cours sont en général désertés car l’Unef se charge très promptement de faire courir le bruit que le professeur X… serait… d’extrême droite ! ! Ce qui ne manque pas d’alimenter les conversations et d’éveiller chez certains des vocations de résistants à bon marché. Rappelons nous de l’affaire Pascal Salin lorsque ce dernier a été nommé président du jury de l’agrégation du supérieur en économie. Même Attac% s’est fendu d’une manifestation vigilante. L’éducation (enfin, n’exagérons rien, le président du jury de l’agreg du sup en éco, ce qui concerne 15 nominés par an !) tombait aux mains du libéralisme ! Fini, donc, le relativisme !

Car ne nous y trompons pas : une des raisons de la détestation du libéralisme (et par voie de conséquence des américains et de leur intervention en Irak, en Afghanistan, bientôt en Iran et en Syrie) n’est pas uniquement la facette « économique » de ce dernier. La raison profonde, c’est que le libéralisme accepte profondément la différence, donc l’inégalité (l’inégalité première est celle de l’individu devant son propre talent, et aucune redistribution étatique n’y pourra jamais rien). Par voie de conséquence, le libéralisme accepte une forme de darwinisme, plus ou moins maîtrisé. Mais ce libéralisme, par essence même, a la fâcheuse habitude de faire avec ce qui est, et non avec ce qui devrait être.

Cela explique ses réussites incontestables, mais cela empêche également le quidam ou l’incapable de dissimuler son échec derrière l’autre, derrière la société. Cela responsabilise. Cela souligne le prix à payer de la liberté : la responsabilité.

Il n’y a pas de liberté sans responsabilité. Il n’y a pas de responsabilité sans maturité. Il n’y a pas de maturité sans cessation du processus étatique d’infantilisation des masses, sous le prétexte « d’éducation ».

Car comment « éduquer » les adultes dits « racistes » ?

Tout d’abord identifier les « racistes ». On en a déjà fait la démonstration : est raciste celui qui ne cède pas corps et âme au relativisme culturel le plus absolu. Dans un premier temps, à défaut de les « rééduquer », les faire taire ! Pour cela, la « presse aux ordre » se charge de « dénoncer » rapidement tout débordement d’homme politique, d’artiste, de professeur, de chef d’entreprise. Le « rappel à l’ordre » cité plus haut en témoigne.

Ensuite, les dissuader irrémédiablement de toute récidive, ou de toute manifestation de darwinisme. L’entrepreneur qui échoue n’a plus qu’à se faire sauter le caisson, celui qui réussi n’a plus qu’à se cacher.

Enfin, « panem et circences » : les faire se fondre dans la masse, quand l’Etat bienveillant le souhaite, de la manière dont il le souhaite. Participer aux « nuits blanches », « fêtes de la musique », « fêtes du cinéma », « fêtes de l’amitié entre les peuples », etc. Nous sommes tous égaux, sans soucis, dans la médiocrité certes, mais sans soucis !

Et quand un autre pays ne suit pas le pas de danse mais constate que toutes les cultures ne se valent pas, que certaines sont plus dangereuses que d’autres, qu’elles pourront un jour nous menacer, nous ou nos enfants, qu’elles pourront attenter à nos libertés, nos vrais libertés fondamentales (pas nos multitudes de « droits à » - téléphone, voiture, travail au Smic, etc), nos libertés de choisir ce que l’on fait de sa vie, nos libertés de dire ce que l’on pense etde penser ce que l’on veut, quand un autre pays ne suit pas disais-je, on manifeste tous ensemble contre ledit pays.

Que Tahar se rassure, quand 90% d’un peuple pense la même chose, alors qu’un autre peuple est lui, divisé à 50/50 ou même 40/60, c’est que dans le pays où règnent les 90%, le relativisme a gagné. L’éducation des masses a gagné. Tout le monde pense la même chose. Tout le monde condamne les mêmes propos ou action, l’individu a vendu sa liberté contre sa tranquillité.

L’individu a vendu son âme au Diable : contre quelques décennies de tranquillité, il ne marquera jamais son passage sur cette planète, personne ne se souviendra de lui, il n’aura rien fait de grand, il tombera, lui et les siens, lui et sa « civilisation », lui et son pays, dans les limbes de l’histoire.

L’Education est cette main droite du Diable.

This page is powered by Blogger. Isn't yours?